Communiqué de presse de la famille Traoré du 22 novembre

Les pressions sur la Famille Traoré ne faiblissent pas. Nous pensions que la soirée du jeudi 17 novembre ne pouvait pas être plus violente. Il nous aura fallu attendre ce mardi 22 novembre au matin pour nous rendre compte qu’elles ne pourront que s’intensifier. Youssouf Traoré a été emmené ce matin en garde à vue à la gendarmerie de Pontoise.

Pour rappel des faits, les habitants de Beaumont Sur Oise ont étés empêchés d’assister au conseil municipal qui se tenait jeudi 17 novembre au soir. Les gendarmes et la police municipale bloquaient l’entrée. Ce jour-là, le conseil devait décider de soutenir la maire Nathalie Groux dans sa procédure judiciaire engagée à l’encontre de madame Assa Traoré, pour diffamation. Voulant engager plusieurs milliers d’euros appartenant à la ville, elle avait inscrit cette décision à l’ordre du jour. Les habitants, qui normalement ont le droit de débattre avec les élus, ont sur le perron dû faire face aux gaz lacrymogènes. Il sera alors question d’un usage injustifié et disproportionnée de la force sur des personnes vulnérables, un bébé et des personnes âgées auront du respirer ces gaz. Les violences ont d’ailleurs continué plus tard dans la soirée dans le quartier de Boyenval. Les gendarmes ont investi le quartier, et ont frappé les habitants qui avaient pourtant les mains levées. Ils ont alors reçus des coups de matraques, de boucliers et de gaz lacrymogène, gaz tirés également dans les habitations.

Le conseil a été annulé par l’opposition, au vu du refus de la maire de laisser rentrer ne serait-ce qu’une délégation et en soutien à la famille Traoré. Il a alors été reporté au mardi 22 novembre à 20h. Nous étions prêts à faire valoir nos droits, dont celui d’assister dans le respect de notre intégrité au débat municipal qui nous concerne. Mais c’est avec effroi que nous apprenons ce matin l’arrestation de notre frère, fils et ami, Youssouf Traoré. Il a été placé en garde à vue ce matin en rapport bien sûr aux évènements de jeudi soir. Cette opération ne peut être qu’une opération de déstabilisation et d’intimidation des forces de l’ordre de la ville de Beaumont sur Oise. Youssouf n’a à aucun moment fait usage de la violence devant des gendarmes qui se sont rués sur lui alors qu’il n’y avait aucune provocation de sa part.

Nous ne pouvons pas faiblir face à de telles méthodes. Youssouf mène en premier plan le combat pour la vérité, la justice et la dignité de sa famille dans le drame que nous vivons depuis le 19 juillet dernier, date de la mort de notre frère Adama Traoré. Nous avons besoin de votre soutien et de votre présence ce soir au conseil municipal de la ville de Beaumont sur Oise. Nous ne pouvons pas faiblir.

Communiqué de presse de la famille Traoré du 17 novembre

Plainte de la Maire de Beaumont pour diffamation:

Il y a quelques jours, nous apprenions que Nathalie Groux, la maire de Beaumont-sur-Oise, comptait porter plainte contre Assa Traoré pour diffamation. Elle lui reproche les propos suivants:

La Maire de Beaumont a choisi son camp, elle se met du côté des gendarmes, c’est à dire du côté des violences policières

tenus le 28 septembre dans l’émission Le Gros Journal de Mouloud Achour.

Cette décision honteuse ne fait que confirmer le mépris de la municipalité à l’égard de la famille et des proches d’Adama Traoré.

Nous avons vécu un drame épouvantable qui engage, à plusieurs égards, la responsabilité de l’État. La moindre des choses aurait donc été que la maire de Beaumont respecte et accompagne notre deuil et notre quête de justice sans nous freiner dans nos démarches. Elle ne l’a pas fait.

Cela va bientôt faire 3 mois, jour pour jour, que notre frère est mort dans la cour de la gendarmerie de Persan et la maire de notre ville ne nous a toujours pas présenté ses condoléances comme il conviendrait de le faire pour une affaire de ce type. Pire encore, alors que nous tentions de faire entendre nos voix en organisant des repas, des marches, ou des interviews, elle nous a refusé à plusieurs reprises le droit de nous rassembler sur la voie publique.

Là où Nathalie Groux voit des propos diffamatoires, nous voyons donc simplement un triste rappel des faits. Et comme si cela ne suffisait pas ; comme si la perte d’un frère dans des conditions douloureuses, les mensonges d’un procureur, le sentiment d’injustice n’étaient pas déjà suffisamment insupportables, voice qu’on tente de criminaliser les membres de la famille.

Cette plainte est une insulte de plus à la mémoire de notre frère.

Gageons que les habitants de Beaumont-sur-Oise auraient pu faire un meilleur usage de l’argent qui va être dépensé par la municipalité pour couvrir les frais judiciaires de Nathalie Groux.

De notre côté, cette plainte ne nous empêchera pas de continuer à réclamer vérité et justice pour Adama Traoré et pour toutes les autres victimes. Nous ne nous tairons pas.

 

Communiqué de la famille Traoré du 22 septembre

Nous avons été choqués de découvrir que le tee-shirt « Justice pour Adama », arboré par Black M dans son clip Je suis chez moi, a été flouté par le groupe M6. Ainsi, à chaque diffusion de cette vidéeo (notamment sur W9), c’est un bloc flou qui apparaît en lieu et place du message porté par le chanteur. Qu’il y a-t-il de si choquant dans la phrase « Justice Pour Adama, sans justice vous n’aurez jamais la paix » pour que le groupe M6 décide de la cacher au public ? La demande de justice menace-t-elle la République ? La demande de justice est-elle une insulte à qui que ce soit ? Non.

Nous dénonçons vivement cette censure honteuse et regrettons que des chaînes françaises contribuent ainsi à occulter l’hommage d’un artiste à notre frère décédé. Nous dénonçons les choix arbitraires de ce groupe qui a, par cette décision, privé le chanteur et son public d’une partie de sa liberté d’expression. Quel signal evoie-t-il ? Tant que les artistes les font rire, chanter et danser, tout va bien… par contre, dès qu’ils font référence à un besoin de justice, on les censure ?

En justifiant ce floutage par un « souci de neutralité », la chaîne W9 a ajouté du ridicule à la violence de l’arbitraire. Qaund bien même Black M prendrait parti, son clip n’engagerait en rien la « neutralité » du groupe. Si la chaîne veut être neutre (elle ne l’est pas, mais admettons), qu’elle le soit mais qu’elle n’impose pas ses choix aux artistes… ou alors, qu’elle soit cohérente et qu’elle renonce à diffuser les clips qui la gênent. En attendant, qu’elle tente de répondre à la question suivante: en quoi une demande de justice va-t-elle à l’encontre du principe de « neutralité » ? Ce même principe est-il respecté quand les chaînes du groupe relaient systématiquement et, le plus souvent sans contradiction, les versions officielles dans les affaires de violences policières ? En réalité, ce n’est pas le tee-shirt de Black M qui menace leur neutralité, c’est leur ligne éditoriale et les décisions arbitraires qui en découlent.

Dans un souci de cohérence donc, tant que le tee-shirt « Justice pour Adama » sera flouté sur les chaînes du groupe M6, nous ne répondrons à aucune de leurs sollicitations concernant notre affaire. Nous invitons nos proches et soutiens à en faire de même.

Nous continuerons à réclamer partout vérité et justice pour Adama Traoré, décédé dans la cour de la gendarmerie de Persan, le jour de son anniversaire. Nous remercions toutes les personnes qui, une fois encore, se sont mobilisées pour nous aider à faire passer notre message. De nouveaux éléments sur l’affaire en cours vous seront bientôt communiqués.

Communiqué de la famille Traoré du 1 août

Samedi 30 juillet, nous comptions marcher de Gare du Nord à Bastille pour réclamer vérité et justice suite à la mort d’Adama Traoré. Bien que la demande de manifester ait été deposée et que la préfecture n’ait émis aucune objection, nous avons été bloqués par des rangées de CRS. Dès lors, il nous a été interdit d’avancer ou même de quitter la manifestation pendant plusieurs heures. Nous ne pouvons qu’interroger ce choix dans un contexte particulièrement tendu. À quoi jouent les autorités ? À Paris où notre marche pour la justice a été avorté comme à Beaumont où les provocations des gendarmes ont émaillées toute la semaine suivant le décès de notre frère, nous ne pouvons que nous interroger sur les buts recherchés…

S’ils ont tenté de gâcher notre marche, l’interdiction n’est pas ce que nous retenons de ce samedi 30 juillet. Ce que nous garderons en mémoire sont les centaines de visages que nous avons vus défiler en hommage à Adama Traoré. Merci à tous ceux qui ont fait le déplacement ainsi qu’à ceux qui ont organisés des rassemblements dans d’autres villes et qui nous envoient tous les jours des messages de soutien. Merci enfin aux collectifs qui nous ont apporté des précieux conseils et qui nous ont fait profiter de leur expérience sur ces sujets.

Nous savons qu’Adama Traoré n’est pas le premier à mourir asphyxié lors d’une interpellation par les forces de l’ordre. De nombreuses familles de victimes nous ont d’ailleurs contactés. Les gendarmes l’ont dit eux-mêmes, il a été asphyxié après avoir été écrasé par les corps de trois d’entre eux (240 kg). Et malgré les nombreux signaux de douleur qu’il a envoyé, sa gêne respiratoire n’a pas été prise en compte par les gendarmes. Et dire qu’au début on nous parlait de malaise cardiaque et d’infection !

Aujourd’hui, alors que les circonstances de sa mort se précisent progressivement, nous nous interrogeons sur les déclarations du procureur de la République qui a volontairement omis des informations capitales sur le déroulé de l’interpellation. De nouveaux éléments seront communiqués dans les prochaines heures. Nous invitons les journalistes à prendre contact avec Me Yassine Bouzrou qui devient le seul référent juridique sur cette affaire. Pour toute question de cet ordre, merci de bien vouloir prendre attache avec lui.

Nous espérons qu’Adama Traoré sera le dernier à subier cela et comptons tout mettre en oeuvre pour dénoncer et éviter que cela se reproduise. La très forte mobilisation prouve une chose : les gens se sont malheureusement reconnus dans cette histoire et ils ont en assez de ces interpellations qui finissent mal.

Les prochains jours seront au recueillement et rapatriement du corps au Mali. Nous ne l’avons pas encore reçu mais il devrait nous être rendu dans les prochaines heures. Nous pourrons alors organiser la prière du mort sur lui et l’enterrer. Vos prières sont les bienvenues.

Nous vous tiendrons au courant des prochains rendez-vous et des résultats des examens complémentaires. Restons mobilisés pour que la vérité éclate et que justice soit faite.

Communiqué de la famille Traoré du 28 juillet

Le 19 juillet, soit le jour de son anniversaire, Adama Traoré décédait lors de son interpellation par la gendarmerie de Beaumont-sur-Oise. D’abord expliquée par un « malaise cardiaque », puis par une « infection généralisée » qui aurait subitement touché « tous les organes », la mort du jeune homme serait en fait due à une asphyxie. C’est du moins ce que révèle la contre-autopsie réalisée ce mardie à la demande des proches d’Adama qui ont pu bénéficier des conseils de familles ayant vécu des situations similaires.

Si ce nouveau rapport indique qu’il n’y a pas eu de « violences significatives », il ne fait état d’aucune anomalie cardiaque et d’aucune infection généralisée…ce sont pourtant les explications qui avaient prévalues jusqu’alors.

Pour les proches d’Adama Traoré, ces contradictions sont le fait de zones d’ombre qui nécessitent un éclaircissement rapide.

D’abord une crise cardiaque, après une infection et maintenant une asphyxie..? que nous cache-t-on ? Que s’est-il passé ? Depuis le début, les jeunes du quartier évoquent une interpellation qui s’est déroulée de manière violente… Mon frère est mort depuis plus d’une semaine et nous ne savons toujours pas ce qui a provoqué son décès. C’est très difficile de faire son deuil dans ces conditions.

a déclaré Lassana Traoré.

La famille espère que les analyses en cours permettront d’identifier les mécanismes qui ont conduit à cette asphyxie et que l’enquête fera toute la lumière sur cette affaire. Une troisième expertise a d’ailleurs été demandée par leur avocat, Me Zajac. Nous devrions en savoir plus dans les jours qui viennent.

En attendant, les proches d’Adama Traoré appellent à un très large rassemblement ce samedi 30 juillet à 16h à Gare du Nord (Paris).

Il ne faut pas que la mobilisation s’essouffle. C’est important que les gens continuent à réclamer avec nous vérité et justice pour Adama. C’est tombé sur notre quartier, sur notre frère, mais ça aurait pu toucher bien d’autres familles… et ça en a déjà touché plusieurs d’ailleurs ; des familles avec lesquelles nous sommes en contact et dont l’expérience nous a beaucoup aidés. Faut qu’on soit ensemble

a précisé Assa Traoré.

La famille a d’autant plus besoin de soutien que, ces derniers jours, plusieurs menaces de mort ont été envoyées à leur domicile. Une plainte a été déposée